Dans l’Histoire, les déformations crâniennes étaient produites intentionnellement pour produire des signes de noblesse, de distinction, de beauté, de santé, de courage, de liberté. Par exemple en 45000 av. J-C, les Macrocéphales pratiquaient des déformations de la tête à l’aide de pressions appliquées sur le crâne du nourrisson, de modelage manuel, de planches ou de pierres ou de port de coiffes.

QU’EST-CE QUE LA PLAGIOCÉPHALIE ? 

Le mot « plagiocéphalie » est dérivé du grec plagios (= oblique) et kephalê (tête), il indique une déformation de la tête et une asymétrie crânienne.

La plagiocéphalie peut avoir deux origines :

  • Congénitale (1 naissance sur 2000) : la plagiocéphalie est due à une fermeture prématurée des sutures crâniennes (articulation entre les os du crâne). La suture précocement ossifiée ne permet plus la croissance osseuse du crâne, ce qui provoque l’asymétrie crânienne. Dans ces rares cas, les nourrissons doivent être suivis par un pédiatre neurochirurgien et la chirurgie est parfois le seul recours.
  • Fonctionnelle (10% des nourrissons sous 6 mois) : la plagiocéphalie résulte de facteurs extrinsèques/intrinsèques qui affectent le bébé avant, pendant et après la naissance.

QUELS SONT LES FACTEURS DE RISQUE ?

  1. On observe une recrudescence des plagiocéphalies occipitales (à l’arrière de la tête) depuis 1992 après la campagne « back to sleep » aux Etats-Unis, qui préconise de coucher le nourrisson sur le dos plutôt que sur le ventre pour empêcher le syndrome de mort subite du nourrisson.
  2. Pendant la grossesse, la plagiocéphalie peut résulter de facteurs de risque intra-utérins : contrainte anormale sur la tête fœtale, malformation utérine, fibrome … Ou de contraintes extra-utérines : pressions des organes abdominaux, hyper-tonicité des muscles abdominaux (chez les mamans sportives) qui comprime l’utérus contre la colonne vertébrale. Bébé n’a pas assez de place pour se développer correctement et va adopter une position de confort pouvant mener à un torticolis fonctionnel à l’origine de la plagiocéphalie à la naissance.
  3. Au moment de la naissance, l’usage de forceps ou de ventouse va provoquer des déformations crâniennes
  4. Enfin après la naissance : les pressions du matelas sur la tête du bébé contribuent à l’aplatissement occipital.

COMMENT VOTRE OSTÉOPATHE PEUT TRAITER UNE PLAGIOCÉPHALIE FONCTIONNELLE ?

La plagiocéphalie se développe du côté où bébé préfère tourner la tête. Par le biais de tests, votre ostéopathe va identifier un défaut de rotation de la tête d’un côté. Il va rechercher les raisons de ce défaut de rotation : tensions musculaires dues au stress de l’accouchement, épaule ou hémithorax « tendu », une dysfonction crânienne par exemple et les traiter.

Le traitement ostéopathique de la plagiocéphalie se fait dans la durée, et les résultats ne sont pas immédiatement visibles. La prise en charge enlèvera les différentes tensions qui amènent à ce défaut de rotation de tête d’un côté et à la plagiocéphalie. La levée des tensions va restaurer une mobilité tissulaire de qualité afin que bébé puisse effectuer ses mouvements de tête librement et permettre la bonne croissance de sa boîte de crânienne et de ce qu’elle contient et ainsi restaurer petit à petit la symétrie du crâne.

CONSEILS :

  • Faites un suivi ostéopathique pendant la grossesse (pour vérifier que le bébé ait assez de place pour ne pas avoir de contraintes de position) et juste après la naissance.
  • Alternez tous les jours, le sens où vous le mettez dans son lit car il aura toujours tendance à se tourner vers vous (tête aux pieds et inversement) ce qui favorisera la rotation de la tête dans les deux sens.
  • Pour la même raison, présentez lui des jouets dans son champ visuel tantôt à gauche tantôt à droite
  • Préférez le portage au transat et au parc
  • Essayez de le faire jouer sur le ventre sous la surveillance d’une personne responsable
  • Quand vous le nourrissez au biberon pensez à alternez le bras avec lequel vous le portez

Si vous avez des questions, n’hésitez pas à me les poster en commentaire

Adélie Gardin

La plagiocéphalie ou « tête plate » du nourrisson
Étiqueté avec :                    

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *